• France, je ne sais plus si je t'aime ou si je te déteste

    Love & Hate

    La société est devenue pour moi un concept riche en paradoxes. Je vous rassure de suite, je ne suis pas sur le point de vous réciter les arguments de l'adolescent - attardé - aspirant - anarchiste - qui - fuck - la - société - que - de - toute - façon - c'est - tous - des - conformistes - mais - pas - moi - que - je-suis - un - true - rebel - metalleux.

    Dans mon cas, les seules choses qui se vérifient dans l'énumération ci-dessus, c'est que j'écoute effectivement beaucoup de metal, tous sous-genres confondus (mais ça vous le saviez déjà), et que jusqu'à mes 22/23 ans, j'ai eu une tendance prononcée à me complaire dans l'adulescence.

    Si je considère que je ne me 'fonds pas dans le moule', ce n'est pourtant pas la volonté de m'intégrer qui me manque : aller travailler à plein temps 5 jours par semaine pour gagner un salaire qui tombera tous les mois, ce qui me permettra de faire comme tout le monde en achetant ma voiture, ma maison, en ayant deux ou trois enfants avec Scianure, et en emmenant ma petite famille en vacances au moins deux semaines par an, c'est un 'conformisme' qui me convient parfaitement.

    Après j'ai mes petites particularités, de par la musique que j'écoute, de par mon style vestimentaire pendant mes jours de repos, de par mes goûts en littérature, qui tirent davantage vers le fantastique et les grands classiques que vers les prix Goncourt et les biographies de star (éphémères ou survivantes) écrites par un 'nègre' (rien de raciste, c'est le terme utilisé pour désigner une personne engagée pour écrire un livre et le signer avec le nom de l'auteur officiel, je n'y peux rien, inutile de me spammer).

    J'ai également des goûts cinématographiques très personnels, fan totalemet assumé des films de genre et des grands monstres sacrés (réalisateurs et personnages cultes) du cinéma d'horreur.

    Le fait est que je ne demande pas mieux que de m'intégrer au système 'métro/boulot/dodo', mais voilà, malgré tous mes efforts, je ne suis pas assez normal aux yeux des recruteurs. Même avec un costume-cravate et une chemise, ce n'est pas suffisant. Mes cheveux longs, même soigneusement peignés et attachés, ne me rendent pas grâce et donnent de moi l'image d'un fumiste.

    Je ne peux qu'en déduire que le seul moyen d'être parfaitement intégré, c'est de correspondre à l'image que la société veut avoir de moi, et non pas à l'image que j'ai de moi. A partir du moment où l'on souhaite travailler, on ne peut qu'enfiler un costume de personne normale et faire semblant d'être d'accord avec la pensée unique transmise par la majorité (et merde, je m'étais pourtant promis avant de commencer la rédaction de cet aricle de ne pas succomber à la philosophie de comptoir d'anarchiste à deux balles).

    Alors quelle solution s'offre à moi ? Couper mes cheveux pour réussir l'épreuve de l'entretien, puis les laisser pousser une fois embauché ? Et si mon employeur me licencie à cause de mes cheveux ayant retrouvé leur longueur originelle, je porte plainte aux Prud'hommes pour discrimination capillaire ?

    Autre fun fact : il y a quelques années, ma difficulté à trouver du travail était justifiée parce que je tendais à bâcler mes lettres de motivation. Aujourd'hui, j'ai appris à les soigner davantage en montrant que je me suis intéressé à l'entreprise, en mettant en avant les compétences en rapport avec le poste proposé, en ayant une syntaxe élégante et adaptée au cadre de l'entreprise.

    Mais voilà, pas glop non plus : une lettre trop bien écrite, trop élégante, qui montre que l'on s'est bien renseigné sur l'entreprise, est susceptible d'effrayer le directeur, qui se met à avoir peur que tu refuses les tâches qui te seront attribuées parce que tu es trop subtil, trop intelligent, trop pugnace, etc...

    Il faudrait donc maintenant que je conforte le recruteur en le laissant croire que ne suis 'pas trop' intelligent, de manière à conforter le directeur dans son complexe de supériorité ?

    J'aime la France, vraiment. J'aime son Histoire, son patrimoine touristique et gastronomique. J'aime autant la France rurale qu'urbaine.

    Mais j'en arrive à la détester à cause de son gouvernement qui prétend être démocratique, mais dont les membres vivent dans une cage dorée, et dans l'ignorance totale des conditions de vie réelles du Français précaire, qui ne demanderait pas mieux que de faire partie de la 'France qui se lève tôt', mais que l'on rejette parce qu'il ne correspond pas parfaitement à des pré-requis de normalité souvent absurdes.

    J'en veux pour preuve cette fausse interview de Patrick Balkany, piégé par les YesMen :

    Edifiant n'est-ce pas ?

    A l'instar du Roi Soleil en son temps, ceux qui sont censés nous gouverner ne nous représentent en rien.

    Je suis bien malgré moi tenté de haïr pour mon pays à cause de son marché de l'emploi qui marche sur la tête.

    J'ai pourtant envie de croire que je finirai par rencontrer un jour un patron qui a un minimum de bon sens, je me raccroche à cet espoir et continue de postuler jour après jour, histoire qu'à défaut de faire partie de la population active, je puisse au moins être considéré comme une personne recherchant activement un emploi pour sortir le plus rapidement possible du chômage, et non comme un parasite.


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :