• Intégration professionnelle par voie de désintégration capillaire

    hommage à mes cheveux
     
    Votre serviteur a enfin trouvé du travail. Mais un lourd tribut a été payé pour enfin faire partie des privilégiés ayant l'honneur de signer un Contrat à Durée Indéterminée impliquant une période d'essai de deux mois renouvelable pendant un mois. J'ai dit adieu aux bien-aimés cheveux qui descendaient jusque sous mes épaules, et qui headbanguaient énergiquement à chaque concert.
     
    On va me taxer de complexe de persécution, mais je maintiens les accusations de discrimination capillaire insinuées dans Mon article précédent, car malgré mon CV qui, sans être extraordinaire, est tout de même bien fourni, je me suis toujours heurté à une hostilité à peine dissimulée des recruteurs dès que ceux-ci apercevaient ma queue de cheval, pourtant soigneusement peignée.
     
    Je trouve tout de même extraordinaire qu'en 2011, un homme aux cheveux longs soit toujours amalgamé à un fainéant incapable de respecter sa hiérarchie.
     
    Bref, philosophie de comptoir mise de côté, le sacrifice capillaire auquel j'ai consenti m'a permis d'être embauché comme voiturier-bagagiste dans un hôtel cinq étoiles sur Lille. La paie n'est pas extraordinaire, mais les pourboires des clients permettent de gonfler un peu la fin du mois. Le côté pas glamour de mon boulot se situe dans le fait que je suis également chargé de la propreté du hall d'entrée : vider les cendriers et descendre les poubelles en costard cravate, ça n'a pas de prix. Mais comme j'ai l'occasion de conduire des voitures qui ne manquent pas de prestige (Mercedes, BMW, Audi, et autres marques qui font rêver), ça vaut le coup de prendre sur soi.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :