• Année de sortie : 2011

    Genre : Easy Listening / Neo Metal

    Non, vous ne rêvez pas : votre serviteur, addict au Metal 100 % brut de décoffrage va parler d'Allan Theo, comme quoi tout arrive.

    Tout d'abord, il faut mener une petite étude comparative : Pour tous ceux qui se sont enfermés dans une cave en 1998, Allan Theo, ça sonnait comme ça (je vous préviens, c'est violent).

    Allan Theo en 2011 n'a pas (malheureusement pour lui), fait autant parler de lui; et pourtant, le changement de style musical vaut le coup d'oreille (attention : scènes pouvant choquer !!!) :

    Donc nous sommes bien d'accord : même si musicalement, ça reste très accessible au grand public, on sent un très fort revirement de part du Monsieur qui a fait tremper des millions de petites culottes d'adolescentes à la fin des années 1990. On sent surtout le gros ras-le-bol d'un artiste qui en avait marre qu'on lui colle au néoprène l'image d'un boys band kitsch à l'instant même où il a sorti son premier single (et c'est un fait, il était kitsch, comme tous les boys bands d'ailleurs). Allan confirmera d'ailleurs dans une interview accordée au blog 'lepost.fr' que la fin de son contrat avec son ancienne maison de disques fut un véritable soulagement, car il a enfin pu se consacrer à des projets artistiques beaucoup plus personnels sans qu'un producteur ne cherche à modifier ses oeuvres pour les rendre plus vendeuses. Il est d'ailleurs passé par le site 'My Major Company' pour faire financer son album par les internautes. Le fait qu'il ait pu sortir son album grâce à ces dons est la preuve qu'il y a un public pour sa musique, et qu'il y a donc moyen de parcourir son petit bonhomme de chemin.

    Parlons donc de 'Reprends les armes' que l'on peut considérer comme le premier opus de sa nouvelle approche. Pour l'occasion, on fait la connaissance de Monsieur X, avatar des pensées négatives qu'Allan a accumulées en renouant avec le monde du travail (on ne peut pas vivre éternellement de ses ayant-droits, snif). Psychopathe dissimulant ses pulsions meurtrières sous le masque d'un employé de banque modèle, il passe à l'acte chaque fois qu'il en a la possibilité, le meurtre étant la seule activité qui, paradoxalement, l'empêche de sombrer dans la folie.

    Fans du gentil Allan de 1998, vous êtes prévenus, vous pouvez passer votre chemin.

    La première chanson donnant d'ailleurs le ton : Monsieur X se complaît dans l'admiration du corps sans vie d'une de ses victimes. Les paroles dérangent autant qu'elles fascinent, et l'approche résolument mélodique de la chanson provoque un contraste assez effarant avec le thème abordé. On notera ce même paradoxe tout au long de l'album, même si certaines chansons ont des thèmes plus légers. Je pense notamment à 'Vivre au Soleil', où le chanteur exprime son rêve d'un style de vie ne nécessitant pas d'aller travailler en faisant semblant d'apprécier les gens que l'on côtoie au quotidien. 'Je dérive' est de loin la chanson la plus emblématique de l'album, dans laquelle Allan décrit sans concession son rapport conflictuel avec le monde du travail et le masque d'employé modèle qu'il porte en permanence pour faire bonne figure et garder son emploi, dont il ne peut malheureusement pas se passer (et oui, il faut bien vivre).

    Je suis bien obligé de l'admettre : Allan Theo chante juste, et ce même en live. Je détestais la musique qu'il faisait dans les années 1990, mais, sans être fan, je suis étrangement attiré par 'Reprends les Armes'. Les riffs de guitare sont très efficaces, le synthétiseur quasi-omniprésent ajoute une ambiance qui, à ma grande surprise, m'a pris aux tripes.

    Toutes les chansons de l'album ne sont cependant pas à retenir : 'C'est Fini' et 'Dans ce Monde' sont un peu trop mielleuses à mon goût, la première étant une simple histoire d'amour se soldant par une rupture, et la deuxième l'histoire d'une nouvelle idylle teintée de tentative d'intégration (un peu plus de maturité, mais musicalement pas vraiment intéressante).

    Voici par contre les chansons à écouter impérativement :

    • Dessine-moi
    • Vivre au Soleil
    • Je dérive
    • Versus (piste instrumentale délicieusement agressive)
    • Pas question (refus de pardonner à ceux qui lui ont causé du tort, ce qui va vraisemblablement se solder par un bain de sang =P )
    • Isolez-moi

    Si comme moi, vous avez la curiosité de prêter une oreille attentive à un artiste qui n'a pas peur de prendre des risques pour mieux surprendre ceux qui croyaient connaître son oeuvre, sachez que vous pouvez acheter son album pour moins de 10 € sur la plupart des plateformes de téléchargement légal.


    5 commentaires
  • Séquedin Rock 2011
     
    L'organisation aura maintenu le suspense intact jusqu'au 16 Août (oui je sais je suis en retard, pas la peine de me le rappeler -__- ) mais elle nous a dévoilé un line-up plus que satisfaisant, et meme carrément impressionnant, pour un festoche gratuit. Si vous voulez passer une excellente soirée en ayant pour seul souci votre budget essence et bière, vous savez où vous rendre le 22 Octobre =D
     
    Et du lourd il y en a cette année :
     
    On commence en douceur avec Softly Spoken Magic Spells, groupe de rock indé à tendance psychédélique Lillois, qui vous fera gentiment planer tout en vous mettant de bonne humeur pour la suite.
     
     
    On enchaîne (et surtout on commence à s'échauffer) avec les thrashers de Human Jail, là on fera pas dans la douceur, bien au contraire.
     
     
    On partira ensuite dans une bonne grosse séance de mosh pit avec les Dunkerquois de A Failing Devotion, lesquels nous serviront un metalcore tout en puissance et en rage catartique m/
     
     
    On ne se relâche pas et on continue avec les gars du crew Smash Hit Combo, qui, tout en replongeant tous les geeks / gamers de la salle dans leurs souvenirs d'enface au rythme d'un rapcore teinté de deathcore, vous prouveront que ce n'est pas parce qu'on fait des couplets rappés qu'on est pas capables d'envoyer la purée avec une guitare. Ils ont fait le déplacement depuis l'Alsace, sachons les accueillir comme il se doit !
     
     
    On se repose un peu (mais pas trop parce que ça va tortiller du slip quand même) avec le Metal Atmosphérique de Klone, dont les membres feront la route depuis Poitiers. Mélodique certes, mais non moins intense et brut de décoffrage !
     
     
    Et on termine la soirée en beauté avec les kadors de la scène Metal Lilloise, la fierté des metalleux du 59, j'ai nommé Unswabbed. Une pléthore de chansons chargées d'émotions et de rage, servies sur des riffs assassins et par la voix écorchée du chanteur, encore un bon pogo en perspective !
     
     
    Et surtout, last but not least, de loin l'information la plus importante de cet article :
     
    crepes_dsc070851285759065

    votre commentaire
  • Intact

    Avant de vous parler du concert en lui-même, j'aimerais revenir sur Intact, le quatrième album studio du quatuor Lillois.

    ça faisait pas mal de mois que ces coquins de Lillois nous teasaient avec leur album acoustique, mais j'ai été bien inspiré de prendre mon mal en patience, car le résultat était à la hauteur de mes attentes.

    Autant dire qu'après l'annonce de cet album, on les attendait au tournant. Mine de rien, peu parmi les fans imaginaient les chansons d'Unswabbed être jouées à la guitare sèche.

    Non parce qu'à l'origine, si vous ne connaissez pas ce groupe, sachez qu'un concert d'Unswabbed, ça ressemble à ça :


    Unswabbed concert du 02 février 2008 par Shirasan

    Alors bon, vous imaginez qu'un certain scepticisme s'était insinué dans nos esprits habitués à une musique franchement remuante et dans nos articulations meurtries par moults pogos et autres bravehearts. Pour ma part, j'avoue avoir été sceptique dans un premier temps, mais la curiosité n'a pas tardé à prendre le dessus. Je n'ai donc pas tardé à télécharger (légalement je précise) l'EP 6 titres sorti en début d'année, et la surprise fut suffisamment bonne (autant au niveau du prix de vente modique que de la qualité musicale de l'ensemble) pour que je me rue sur la galette dès sa mise à disposition sur le site Internet du label du groupe.

    Sur treize titres, on ne dénombre que deux chansons inédites (Juste un Rêve et Reste) mais c'est loin d'être un problème, car si l'on connaît les autres chansons, la nouvelle approche orchestrée par l'utilisation de guitares sèches permet de totalement les redécouvrir, et est même susceptible de faire découvrir le groupe à un public qui ne serait pas forcément attiré par les trois premiers albums.

    Donc bon, vous trouverez que je manque d'objectivité (en fait je n'en ai aucune, je suis fan de ce groupe, j'avoue =D ), mais cet album est indéniablement excellent. Les chansons sont véritablement sublimées, et on se laisse bercer du début à la fin, autant par les mélodies que par la voix de Seb, qui est tour à tour inquiétant, attendrissant, émouvant, et bouversant.

    Nous pouvons maintenant clore cette énorme parenthèse et en venir au sujet de l'article.

    En premier lieu, il convient d'admettre que si le cadre choisi par le groupe, à savoir une petite salle de spectacle disposée en amphithéâtre, peut surprendre dans un premier temps, il était en fait on ne peut plus adapté. Coup de bol, Scianure et moi avons pu nous installer au premier rang, ce qui nous a permis de nous retrouver littéralement nez-à-nez avec les artistes (et ça j'avoue, j'ai trippé). L'ambiance était franchement intimiste, et mine de rien, on a pu sentir le stress qui planait chez les musiciens, encore un peu inquiets de la manière dont ils allaient être accuellis, car mine de rien, c'était une grande première pour eux aussi.

    Globalement, le groupe a joué les chansons du quatrième album, ainsi qu'une version acoustique de La Chute (on n'était plus à une bonne surprise près) et une émouvante reprise de Lynyrd Skynyrd. Autre avantage de l'acoustique : les échanges avec les artistes sont beaucoup plus naturels, et à de nombreuses reprises, je me suis surpris à leur donner la réplique entre les chansons.

    L'ambiance s'est progressivement détendue, mais si on se sent l'envie de pinailler, on pourra déplorer un détail, relevé par le chanteur lui-même : c'est passé beaucoup trop vite, et malgré le traditionnel rappel en fin de concert, leur prestation aura duré 01h15 à tout casser. Mais franchement, par rapport à ce que nos yeux ont vu et à ce que nos oreilles ont entendu, c'est loin d'être un défaut rédhibitoire.

    Voici un petit souvenir pour ceux qui y étaient, et un aperçu pour ceux qui n'ont pas pu faire le déplacement :


    Unswabbed à l'Antre 2, Lille, le 21 Mai 2011 par Shirasan

    Il y a à cette soirée un point négatif qu'on ne peut raisonnablement pas imputer au groupe, mais qui leur a porté préjudice : le même jour au Zénith, concert de Yannick Noah, et final de championnat de France opposant le LOSC au PSG. Autant vous dire que c'était la croix et la bannière pour se garer dans Lille ce soir-là.

    Après le concert, je constate non sans plaisir que les membres du groupes n'ont pas pris la grosse tête, puisque tous sont venus à la rencontre de leur public afin de recueillir des impressions à chaud, mais aussi pour un petit after, juste histoire de fêter dignement l'anniversaire de Tof'. Je ne me suis pas privé pour faire dédicacer un des albums de ma collection (Instinct, mon préféré ^^ ), mais, sans doute enivré par je ne sais quelle forme de distraction, j'ai oublié de faire signer Tof'. Le pire, c'est qu'il est passé deux fois devant moi avant le concert, mais je n'avais pas osé lui demander, pensant qu'il n'avait pas forcément envie d'être emmerdé par un fan avant un concert. Je tâcherai de rattraper le coup l'année prochaine (je m'imagine déjà débarquer avec mon album pour avoir THE signature manquante XD )

    Conclusion : une excellente soirée qui confirme la capacité du groupe à réinventer sa musique, ce qui me donne une furieuse envie de continuer à suivre leur carrière \m/O___O\m/ (Bon Dieu que je l'aime ce smiley)

    Addendum : à noter que suite au départ de Filz, c'est Tonio du groupe Cross 9 (RIP JP), qui assure une des guitares pendant la tournée d'Intact.


    votre commentaire
  • HxC

    Les associations bien pensantes (Le CNI, Les Intransigeants, Familles de France entre autres) donnent volontiers tous les torts au Heavy Metal et à tous ses sous-genres : sexualité irresponsable, encouragement à la torture, au viol, au meurtre et à la haine de la chrétienté, racisme, j'en passe et pas des meilleures.

    Bon vous connaissez déjà mon point de vue sur le sujet, développé dans l'article Analyse du Métalleux, je ne vais donc pas m'étendre sur le sujet. Et si vous n'avez pas lu cet article et que vous avez la flemme de cliquer sur le lien ci-dessus, vous pouvez également me poser vos questions dans les commentaires ou en m'envoyant un mail.

    Il est pourtant un sous-genre qui, s'il est musicalement assez brutal et vocalement plutôt hargneux, ne saurait être accusé de colporter des valeurs moralement indéfendables.

    C'est même parfois assez flippant, mais j'y reviendrai plus tard.

    Ce sous-genre (le terme "sous" n'a rien de péjoratif) bien particulier est connu sous la dénomination Metalcore, mais on parle également de Hardcore ou de HxC. On tend d'ailleurs à varier l'usage de ces termes selon le degré de brutalité instrumentale et vocale du groupe. Par exemple, si Atreryu et Hatebreed (puissent les puristes me pardonner le choix de ces deux exemples si différents l'un de l'autre) sont deux groupes appartenant au même courant musical, Atreyu sera classifié dans le metalcore pour son parti pris d'alterner le chant jurlé et le chant (très) clair sur une rythmique majoritairement mélodique, tandis que Hatebreed sera considéré comme du Hardcore pur et dur puisque ne faisant aucune concession à la mélodie, préférant un chant 100 % hurlé sur une rhytmique brutale et très rapide.

    Là où tous les groupes de Metalcore se ressemblent, c'est dans les thèmes abordés : respect des autres et de soi, volonté de s'en sortir, acceptation de sa propre faiblesse pour devenir plus fort et vaincre les difficultés rencontrées, difficultés d'intégration dans une société qui rejette tout ce qui sort de sa norme établie, se dire qu'on est pas le seul à être dans la merde et accepter l'aide qu'on nous propose, amours déçues, etc...

    Vous vous en doutez, les chansons parlant d'amour sont généralement interprétées par des groupes ayant une approche de la musique résolument mélodique avec un chant bien clair dans les refrains. Pêle-mêle, on citera : Atreyu, Killswitch Engage, Bullet for my Valentine, Parkway Drive ou encore Avenged Sevenfold.

    En terme de non concession à la mièvrerie en revanche, on conseillera davantage les kadors du genre tels que Madball, Agnostic Front, Hatebreed, Biohazard, et autres Chimaira.

    Pour les patriotes, il est intéressant de prendre en compte que nous avons en nos vertes contrées d'excellents groupes de Metalcore comme l'Esprit du Clan, Dagoba, Black Bomb A, The Arrs, X-Vision, et bien d'autres encore (j'ai juste cité les plus connus, il y en a pléthore vous vous doutez bien).

    Là où le bât peut commencer à blesser, c'est quand se forment des groupes qui se réclament de la mouvance Straight Edge.

    Mais qu'est-ce que le Straight Edge me demanderez-vous ?

    No drugs  No alcohol

    A la base ça part d'un bon sentiment : le concept du politiquement correctest poussé jusqu'au bout puisqu'à travers leurs chansons, les groupes jouant du Straight Edge Hardcore encouragent leurs auditeurs à dire non aux aventures sans lendemain et sans amour, à l'alcool et aux drogues pour garder l'esprit clair et mener une vie plus saine, en opposition aux célibataires endurcis, aux junkies et aux alcooliques, qui eux n'ont aucun contrôle sur leur vie, et qui en plus risquent de choper toutes sortes de maladies liées à leurs déviances.

    Jusqu'ici rien de bien méchant donc, sauf qu'on a rapidement assisté à une radicalisation du mouvement (connue sous le qualificatif Hard Line) au travers de laquelle le message est devenu : pas de sexe avant le mariage, hostilité à l'avortement, végétalisme, homophobie, voire racisme, nombre de groupes cette mouvance Hard Line faisant la promotion du White Power.

    Et là ce n'est pas du second degré, un peu comme ce que le NSBM est au Black Metal pour ceux qui connaissent.

    Il ne faut cependant surtout pas généraliser, le Hard Line ne constituant qu'une infime quantité d'individus au sein de la communauté Straight Edge (un peu comme ce que le NSBM est au Black Metal si vous suivez) et en aucun cas celle-ci ne saurait être assimilée à des idées d'austérité, racistes et homophobes.

    Voilà qui conclut l'article, à bientôt pour de nouvelles aventures m/O___Om/


    2 commentaires
  • affiche

    Et voici une nouvelle occasion pour vous, amis métalleux, d'économiser des frais de port ! Heavy Records sera présent au Rock Sound Festival à Ath (Belgique) ! Comme vous pouvez le voir, l'affiche est plus que prometteuse : Il est inutile de présenter Ultra Vomit, groupe de grind parodique connu et reconnu, mais il ne faut pas pour autant négliger les autres groupes invités à jouer ce soir, avec des ténors du hardcore comme No-Brain (ne vous fiez surtout pas à leur allure de quadragénaires barbus, je vous garantis qu'ils savent encore envoyer la purée !). Les amateurs de Punk Rock apprécieront également les Bad Chickens, véritable tribute au son des années 1970 ! Dans un trip plus proche de celui de Guerilla Poubelle, vous apprécierez immanquablement les chansons revendicatrices de Corbillard ! Ceux à la recherche d'un son un peu plus alternatif apprécieront 15 Reasons à sa juste valeur, et les fans d'un Hardcore offrant un son brutal sans aucune concession apprécieront certainement No Brain (déjà cité plus haut), mais ne doivent surtout pas négliger Spitdown, qui va immaquablement provoquer un bon gros mosh pit lors de son passage sur scène ! Et avec la participation de Resistance, même les fans de vocalises gutturales bien lourdes y trouveront leur compte ! Les amateurs de Ska ont tout intérêt à rester pour l'after, étant donné que la clôture sera assurée par Poulycroc, qui malgré l'heure tardive (si tant est que vous soyez fatigués à 22 h :p ), saura vous maintenir éveillés. Et surtout, profitez de mon stand : choix varié et prix attractifs garantis !!!

    Myspace d'Ultra Vomit

    Myspace de Bad Chickens

    Myspace de Resistance

    Myspace de Spitdown

    Myspace de No Brain

    Myspace de Corbillard

    Myspace de 15 Reasons

    Mypsace de Poulycroc


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique